Kobido… le secret que vous aimerez partager !

Massage ancestral japonais du visage, le Kobido séduit grâce à son étonnant effet liftant. Art traditionnel au pays du soleil levant, il n’est pratiqué que par une cinquantaine de thérapeutes à travers le monde, dont une poignée en France.

L’origine du Kobido

Son histoire démarre au XVème siècle, dans une petite auberge se Suruga, au sud du mont Fuji. Pour satisfaire l’impératrice soucieuse de préserver sa beauté, deux des meilleurs maîtres de l’Anma (thérapie issue de la Médecine Traditionnelle Chinoise, adoptée par les japonais il y a plus de mille ans, qui a donné naissance au Shiatsu) s’affrontent autour d’une démonstration de « Kyoku-te », un soin visage réalisé avec une technique de percussion particulière. A la fin de la compétition – qui dure des mois ! – aucun vainqueur n’est désigné. Les deux maîtres unissent alors leurs talents pour fonder une maison de beauté : la Maison Kobido réservée à la famille impériale et aux geishas. C’est ainsi qu’ils imaginent ce massage qui désormais se transmet de maître à élève depuis des siècles. Le docteur Shogo Mochizuki est le maître de la vingt-sixième génération de la Maison Kobido.

Kobido signifie « ancienne voie de beauté ». Depuis 1990, Shogo Mochizuki dispense un enseignement élitiste et rigoureux à travers le monde. Cette formation exigeante nécessite plusieurs années avant de maîtriser les quarante-huit techniques.

En France, les masseuses et esthéticiennes qui n’ont pas suivi les cours du véritable Kobido, écrivent : « Ko bi do », « Ko-bi-do », « façon Kobido » ou encore « inspiration Kobido ». Personnellement, j’ai choisi : « Ko Bi Do ».

Les massages Kobido proposés sont librement inspirés de la méthode traditionnelle. Cela signifie qu’ils sont efficaces et agréables à recevoir, mais ne sont pas pratiqués dans les règles de l’art.

Quelle différence avec un massage anti-âge profond ?

Le véritable Kobido est plus qu’un massage. C’est un art. Au même titre que la cérémonie du thé, il repose sur une grande rigueur. Cependant, il a des ressemblances avec les massages profonds qui agissent jusqu’au niveau des muscles. Il est réalisé avec une huile légère ou une crème pour garder un contact ferme avec l’épiderme.

Pendant le massage, les doigts, les poignets, les avant-bras, les épaules sont sollicités dans un enchaînement de gestes (lissages, pétrissages, percussions, étirements, drainages, effleurages…) qui a tout d’une chorégraphie !

Selon l’intensité et la vitesse à laquelle les gestes sont réalisés, l’action sur les structures du visage est plus ou moins profonde. Le but de la séance étant de provoquer un véritable effet « lifting ».

On se relève de la table de massage avec la sensation d’une peau très ferme et repulpée. Pour la première fois, on prend conscience des muscles de son visage ! Et, malgré des gestes vifs et profonds, on se sent apaisé(e) et totalement détendu(e).

Que peut-on en attendre ?

Comme tous les massages asiatiques, le Kobido travaille sur l’équilibre de l’énergie vitale. Un côté du visages est pétri, puis l’autre pour équilibrer le « qi ou ki » (prononcez chi), cette fameuse énergie vitale. Le côté gauche du visage, côté Yang, est relié aux organes. Le côté droit, côté Yin, est relié aux viscères. Il stimule aussi la microcirculation cutanée et le flux lymphatique, pour un meilleur apport nutritif et un drainage des déchets métaboliques : d’où cet effet de teint lumineux à la fin du soin. Il réoxygène l’épiderme. Diminue poches et cernes. Atténue rides et ridules. Il relance la production de collagène et d’élastine. Améliore le grain de peau. Il a également une action sur les tissus cutanés qu’il raffermit et sur les muscles qu’il détend afin de lisser les rides d’expression. Il tonifie l’ovale du visage et lui redonne du galbe.

Les muscles peauciers qui tapissent le visage sont en contact avec la peau. Tous les gestes visant à les stimuler ont un impact immédiat sur la qualité des tissus et les volumes du visage. D’où cet effet de visage rebondi et de traits apaisés.

En quête d’une jeunesse éternelle ?!!

Mine froissée, manque de fermeté, traits tirés, teint terne, envie de lutter contre les signes du temps, de préserver votre jeunesse… Ce massage est une alternative naturelle aux injections.

Pour des traits reposés et un teint lumineux, prévoyez trois séances rapprochées. L’idéal est une par semaine ou tous les dix jours. Pour lisser les traits et raffermir la peau, prévoyez au minimum cinq séances rapprochées, puis une séance d’entretien par mois.

« Tout le monde n’a pas les moyens d’une impératrice, mais vous ressortirez de ma cabine avec la sensation d’en être une ! »

Mon « Ko Bi Do » se prolonge 50 minutes. Je termine par des points d’acupression sur les méridiens et par un agréable massage du cuir chevelu.

Le tarif reste doux : 50 € / 50 min et 230 € pour cinq séances.

© 2022 - Valérie Le Mouël Massage - Massage à Nîmes - Mentions légales - Politique de confidentialité
Be vinum | Agence conseil en Marketing